Quelles sont les étapes d’un crédit sans justificatif ?

Un crédit bancaire devient indispensable pour mener à bien des projets ou faire face aux aléas de la vie. Le prêt sans justificatif permet de financer un achat, un voyage ou un évènement familial. Voici les trois principales étapes pour l’obtenir.

Passer par le simulateur de prêt à la consommation

Que ce soit auprès d’une banque en ligne ou un établissement classique, la première étape pour souscrire à un crédit sans justificatif consiste à faire une simulation de prêt. Il s’agit d’une étude au préalable de la faisabilité de l’emprunt. Le créancier tient compte des différents paramètres dont le niveau de revenus et la capacité à rembourser.

Le requérant doit fournir un certain nombre de renseignements basiques. Il lui faut notamment donner la nature du projet, sans détailler. C’est peut-être un achat indispensable, un événement familial ou un besoin de trésorerie. Les travaux à faire soi-même sont aussi éligibles. Puis, il faut saisir le montant souhaité, la durée de remboursement envisagée et la mensualité estimative. En retour, le requérant obtient un accord de principe. Le banquier ou le logiciel de simulation donne le taux d’intérêt TAEG, la somme qui pourra être octroyée, l’assurance et le frais de dossier.

Souscrire à un crédit sans justificatif

Après avoir obtenu l’accord de principe, le demandeur de crédit sans justificatif doit constituer un dossier de prêt en bonne et due forme. Généralement, les organismes de crédit lui proposent de remplir un formulaire standard. Les renseignements de base concernant l’intéressé sont à figurer dans cette requête. Il faudra également joindre des pièces justificatives. Ce sont des documents sur son identité, son domicile ainsi que ses revenus. Concrètement, il faut une copie de la carte nationale, le passeport et les bulletins de salaire. Le but est de prouver la solvabilité. Un relevé RIB ou IBAN permet aussi au créancier de vérifier le bon comportement financier de la personne. Elle devrait être ponctuelle lorsqu’il s’agit de versement de mensualité. L’absence de crédits en cours de remboursement constitue un autre point positif. Dans tous les cas, ces éléments vont servir de base pour l’étude du dossier.

Attendre l’étude du dossier et le déblocage des fonds

Souvent, la banque s’accorde quelques jours pour étudier le cas d’un emprunteur. Elle prend du temps pour vérifier que cette personne n’est pas fichée comme surendetté. Le créancier s’assure également qu’elle ne fasse pas l’objet d’une interdiction bancaire. Puis, les données vont servir pour approfondir le profil et évaluer le niveau de risque. La plupart du temps, un système scoring est irréfutable.

Un souscripteur en CDI et ayant une bonne santé relative a plus de chance de décrocher un crédit qu’un quinquagénaire fumeur avec un emploi précaire. Dans tous les cas, l’assurance s’adapte en fonction de l’éventualité d’un défaut de solvabilité. Après s’être penché sur le dossier, le banquier donne le contrat définitif. Prêteur et emprunteur passent alors à la signature des papiers. Le demandeur peut s’accorder une journée pour lire l’entente avant de l’accepter. Il est possible de négocier des détails tels que le montant de l’assurance, la durée du remboursement ou la présence de frais de dossier. Si tout est OK, l’argent arrive sur son compte et il peut l’utiliser à bon escient.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *